[Manga] Interview de Grégoire Hellot pour One-Punch Man

Grégoire Hellot, le directeur de collection des éditions Kurokawa, connu également pour son travail chez Gamekult a accepté de répondre à mes questions concernant la sortie très attendue du tome 1 de One-Punch Man.


1. Comment as-tu découvert One-Punch Man et qu’est-ce qui t’a attiré dans l’œuvre en tant que lecteur mais aussi en tant qu’éditeur ?

2894844-tumblr_mdrj6kuwfz1qgworxo1_250Je connaissais déjà l’oeuvre de One car je suis très actif sur les réseaux sociaux japonais, mais j’ai redécouvert la version de Murata lors de recherches que je menais sur le modèle économique du web-manga au Japon il y a 4 ans environ.
En tant qu’éditeur, j’ai tout de suite été séduit par le talent de narration et la manière dont ONE retourne les codes classiques du super-héroïsme avec énormément de talent et de pertinence, ce qui rend la lecture jouissive.

 

2. One-Punch Man c’est un véritable phénomène, tout le monde en parle et le manga était très attendu en France. J’imagine que de nombreux éditeurs voulaient obtenir la licence.  D’après toi, qu’est-ce qui a fait la différence avec Kurokawa ? Tu ne serais pas toi aussi une sorte de super héros du manga ?

La différence avec les autres éditeurs…? Je pense qu’il s’agit de notre force de frappe marketing sans doute. Tu l’as certainement déjà vu, mais depuis une semaine les affiches sont partout, sans compter les meubles et présentoirs disponibles dans les grandes chaînes mais aussi dans les librairies spécialisées.
L’autre point fort, c’est aussi notre force éditoriale. One-Punch Man est une oeuvre très « écrite » dans laquelle les dialogues sont truffés de références et de jeux de mots. Frédéric Mallet, l’un des meilleurs traducteurs sur le marché, a beaucoup d’expérience dans ce genre de titres, et cela a aussi sans doute séduit nos interlocuteurs.


3. Vous avez mis en place une vraie campagne de promotion pour la sortie du 1er volume. Peux-tu nous en dire plus sur ce travail ?

Affichage-Metro-OPM-660x495

Kurokawa est une marque du groupe Univers Poche, premier éditeur de livres de poche en France. Notre division marketing est donc très habituée à des lancements de cette ampleur avec des auteurs comme Marc Levy ou des gros best-sellers américains comme Hunger Games.
Nous avons donc transposé ce savoir-faire très mass-market sur One-Punch Man, en prenant soin malgré tout de conserver les spécificités dun manga dans la communication.
Il fallait que les visuels intriguent, qu’ils soient visuellement attirants, mais en même temps intriguant. C’est notamment visible sur les présentoirs bourrés de petits détails. Notre directeur artistique Fabien Vautrin est quelqu’un de très minutieux.


4. Même s’il est tôt, as-tu déjà un premier retour sur les ventes ?

Nous sommes 3e du marché, tous livres confondus, ce qui est exceptionnel pour le tome 1 d’un manga. Je pense sans trop prendre de risque que nous sommes face à un lancement historique dans l’histoire du manga en France.
Cela fait très plaisir bien sûr, mais nous n’allons cependant pas nous reposer sur nos lauriers, il y aura des opérations tout au long de l’année, et nous sommes déjà sur 2017!


1449497544-74270ffa16a81923acec0244d65873b75. Beaucoup de personnes connaissent OPM par l’animé, avec le manga on a un support différent, le format original, quelles en sont les forces ?

Le manga est l’original, voilà déjà une force! Ensuite, je dirais que le manga se poursuit, là où l’animé s’arrête vers le tome 7 du manga. J’en profite d’ailleurs pour remercier la plateforme de simulcast légale ADN avec qui nous avons collaboré pour l’élaboration de la VF.

 

6. Penses-tu que OPM a le potentiel  pour être le prochain Dragon Ball Z ou One Piece ?

En terme de ventes ou d’impact culturel, sans doute. Mais je ne pense pas que la série fera 80 tomes cependant.


7. Le fan art de Saitama explosant les héros de DC comics a fait le tour du web. Ton avis là-dessus ? 

saitamavsdc

Le dessin est superbe, et très amusant. Ça fait plaisir de voir que ce personnage dépasse les frontières du manga et est apprécié de nombreux amateurs de comics et de mangas.
Le manga ne faisant pas que détourner les codes du manga mais du super-héroïsme en général, je pense que c’est cela aussi qui le rend si populaire.


8. A ton avis quel adversaire serait à la hauteur de Saitama ?

Sa feuille d’impôts… et encore!


9. Connais-tu le fabriquant de figurines Tsume ? http://www.tsume-art.com/fr/home.php

Ils ont acquis la licence OPM. Qu’en penses-tu ? Le produit dérivé peut-il être un bon moyen de faire vendre le manga original ? 

TsumeNon seulement j’en suis ravi, mais en plus j’étais déjà au courant! Je prie chaque jour de trouver la photo d’un prototype dans ma boîte mail, car quand je vois la qualité de leurs réalisations sur Soul Eater ou les Chevaliers du Zodiaque, il me tarde de voir ce qu’ils vont réaliser avec l’univers graphique complètement fou de OPM!
D’une manière générale, les produits dérivés sont toujours un moyen d’exister ailleurs que dans le rayon BD, mais je pense que c’est le contraire de ta question. C’est le manga qui fait vendre les produits dérivés, et non le contraire. Les gens vont acheter statuettes, t-shirts ou figurines parce qu’ils connaissent déjà le manga je pense.

Et moi, pour une figurine Saitama, je craque sans problèmes!


10. On connaît ton goût pour le cosplay, vas-tu t’habiller aux couleurs de OPM pour Japan Expo ?

Désolé, c’est encore un peu trop tôt pour spoiler…

Greg_Nyanpire


2 Comments

  1. cindy février 19, 2016 3:27   Répondre

    J’adore One punch man aussi et ça fait plaisir de lire cet interview , Merci

  2. Calli mars 7, 2016 5:44   Répondre

    Merci à toi d’avoir pris le temps de commenter ^^

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *